Oui c’est vrai, elle n’a pas tort, d’ailleurs elle pense toujours à tout, on sera bien mieux ici en attendant, pour les enfants c’est l’idéal, le grand aura de l’espace pour jouer, des arbres et des escargots à écraser, de drôles de pierres à retourner, des choses molles, et puis pour le petit, qui vient juste de naître c’est parfait parfait, une salle de bains incroyable pour bien ranger toutes ses liquettes, une cave pour la machine à lessiver, et la cuisine mon amour tu te rends compte la cuisine, presque de restaurant.  

             

Extrait  "Les conquêtes véritables" - Nicolas Marchal, Prix Première 2009

 

On lira attentivement ce qui nous est livré ici sur cette quête acharnée, dérisoire et immense à la fois, conquête toujours insatisfaite, toujours recommencée et toujours, pour une part, incommunicable. 

 

Hommage vibrant à la littérature. Derrière les vitraux sombres, démodés, on écrit des livres sans même savoir s’il fait beau dehors, ou s’il pleut. (Révérence, encore, à Rimbaud : « Je suis le savant au fauteuil sombre. Les branches et la pluie se jettent à la croisée de la bibliothèque. ») Faisait-il beau dehors, ou pleuvait-il tandis que Nicolas Marchal se lançait dans ses conquêtes véritables ? Peu importe, sans doute. Mais qu’il nous offre encore, derrière des vitraux sombres, démodés, d’autres romans d’une telle élégance et d’une telle légèreté.                  

                                                                                                                                                                                                                                                                 Paul Emond

Les conquêtes véritables, Nicolas Marchal

€15.50Prix